Centre Sérapis

40, rue Raphaël

13008 Marseille

T : 0625820728

Centre SERAPIS Marseille

ECOLE DE FORMATION EN MAGNETISME SOINS ENERGETIQUES

Magnétisme, Soins Energétiques, Thérapie Brève, Radiesthésie, Hypnose, PNL, stages et ateliers

Institut de bien être et d'enseignement en MAGNETISME / ENERGETICIEN et soins holistiques avancés

 Naissance, histoire et présent de la sophrologie

La sophrologie (du grec ancien σῶς / sôs (« bien portant »), φρήν / phrến (« conscience ») et -λογία / -logía(« étude »)) est une technique de développement personnel1,2,3, qui s'intéresse à l'étude de la conscience individuelle, dans une approche qui se veut phénoménologique visant à tenir compte de l'historicité de chacun4. Cette méthode est parfois comparée à l'hypnose5, qualifiée parfois de psychothérapie6,7,8,9, de méthode de relaxation6,10,11,12,13, voire de médecine alternative14. De multiples écoles et pratiques ont émergé depuis la fondation de la sophrologie par Alfonso Caycedo, seule l’appellation sophrologie caycédienne est protégée par des droits, et reste liée au fondateur de cette pratique.

En France, la sophrologie a pénétré le secteur de la santé, notamment le domaine des pathologies chroniques. Ainsi, il n’est pas rare que des patients atteints de cancers se voient proposer, pendant ou après des traitements de chimio- ou radiothérapie, la pratique de la sophrologie comme « soin de support », elle est également utilisée dans le sport et le monde de l’entreprise5.

À la fin des années 1950, Caycedo sort de l’université de Madrid diplômé en neuropsychiatrie docteur en médecine et chirurgie, spécialiste en neurologie et psychiatre exerçant à l’Hôpital clinique de Barcelone et professeur agrégé de psychiatrie de la faculté de médecine de Barcelone. Il est profondément marqué par les méthodes de traitement brutales (électrochocs, comas insuliniques, etc.) parfois employées sans qu'en soient mesurées toutes les conséquences. C’est ce vécu qui le décide à se consacrer à l’étude de la conscience et à la recherche d’autres formes de thérapie en psychiatrie.

Dès le début de sa carrière, il crée la sophrologie : « science pour la (re)construction de l’individu au départ du corps vécu au présent et pour son positif » avec l'objectif de redonner au corps la place première qu'il aurait perdue dans notre culture.

En 2010 après cinquante ans de travail, Alfonso Caycedo déclare la Sophrologie caycédienne comme étant au point ; il remet à sa fille, Natalia Caycedo, diplômée elle aussi en neuropsychiatrie, le soin de poursuivre son œuvre.

Les relaxations dynamiques de Caycedo

Caycedo a été guidé, entre autres, par sa rencontre avec Ludwig Binswanger, psychiatre phénoménologue réputé, par diverses pensées occidentales (Platon, Héraclite, phénoménologie européenne, hypnose, psychanalyse) puis orientales (Yoga, Zen, Tummo) 21 pour bâtir, à partir de 1968, sa méthode des « Relaxations dynamiques ». D'abord au nombre de trois, elles sont aujourd'hui douze, divisées en trois cycles : réductif, radical et existentiel. Caycedo considère le corps et l’esprit comme deux dimensions d’une seule unité existentielle originale et « auto-évolutive ». La conscience serait la force ou l’énergie vitale qui intégrerait ces deux polarités.

Caycedo présente avant tout la sophrologie comme des pratiques pour entraîner au quotidien ce qu'il appelle notre « conscience-énergie ».

Le professeur Agustin Pedro-Pons, président de la Royale Académie de médecine22 et doyen de la faculté de médecine à Barcelone considère la sophrologie comme la cinquième étape de l'étude de la conscience :

         « L'intérêt de la médecine pour la conscience se présente dans l'histoire en différentes étapes, qui peuvent être classées ainsi : première étape la magie, deuxième               étape le magnétisme, troisième étape l'hypnose, quatrième étape la psychanalyse et cinquième étape la sophrologie23. »

La finalité d'une relaxation dynamique caycédienne est de potentialiser en conscience sa façon d'être face à l'épreuve de l'existence au quotidien.

Cadre d'une séance

La sophrologie se pratique seulement debout ou assis. Selon les cas et les circonstances, le sophrologue est tenu d’adapter la méthode selon le « principe d’adaptabilité ». La position couchée est alors acceptée, mais à titre exceptionnel. Déconseillés aussi la mise en « ambiance » fond musical, voix suave, lumière tamisée, décor rêveur, encens, parfums pour agrémenter la séance, le sophrologue participe en même temps qu'il dirige la séance.

La vivance phronique

Afin de se démarquer des pratiques de l'hypnose, la psychothérapie, la physiothérapie24, Caycedo a inventé la « vivance phronique » qui est présentée comme l'essence de toute la démarche sophrologique.

La sophrologie caycédienne se décompose en une phase préparatoire, les 12 degrés, les actualisations faites entre 1999 et 2002, les techniques associées, les techniques abrégées et les techniques clés.

Caycedo a annoncé en 2010 une nouvelle théorie qu’il nomme la Cyber-Conscience Phronique et qu'il considère comme dernière et meilleure réussite des 50 années de travail vivantiel permanent, qu'il a consacrées à la sophrologie depuis son début en 1960.

La phénoménologie comme base

Les impressions de l'expérience corporelle sont d'abord ressenties à travers la lecture que donne la mise en pratique de la « réduction phénoménologique » (Husserl, Heidegger, Alfonso Caycedo).

Le sophronisant (la personne qui vit la séance de sophrologie sous la conduite d'un sophrologue, ou bien encore qui s’entraîne elle-même lorsque ses acquis le lui permettent) partant de sa situation, de ses habitudes, essaie à chaque fois de dégager dans l'épreuve du corps une autre possibilité de vivre les choses, et apprend à synchroniser son innovation par la respiration. Puis dans un contexte de dialogue le sophrologue l'oriente sur le ou les sentiments des sensations vécues, l'invite à faire une « description phénoménologique » (sophro-description), qui va lui permettre de décrire son vécu de la séance en termes de sensations et sentiments, renforçant ainsi le processus d'intégration (Principe d'action positive). Ces conditions variant au fur et à mesure de l'entraînement sophrologique, c'est ainsi toute la structure de positionnement de l'être qui se modifie en travaillant ainsi la conscience.

L'axiologie concerne les valeurs de l'existence humaine. C'est un chapitre clé, deuxième objectif des recherches25, incontournable pour comprendre les fondements des recherches (réduction phénoménologique de Caycedo) et affiner le regard pluridimensionnel du praticien dans cette visée en face du patient.[évasif]

La personne est sa solution face aux possibles qu'elle met en forme elle-même pour vivre autrement sa condition d'humain capable de valoriser l'énergie de vie dans l'expérience immédiate (ici et maintenant), comme celle ayant déjà été vécue (passé) et d'une vision positive du future (futurisation).[évasif]

Trois cycles

La sophrologie caycédienne se déroule en trois cycles et composés de 4 degrés chacun, soit 12 degrés au total (RDC pour Relaxation Dynamique de Caycedo) :

  • le premier cycle appelé cycle fondamental, de base ou réductif. Il vise à une meilleure connaissance de soi qui permet de mieux gérer nos grandes dimensions : conscience corporelle, mentale, émotionnelle, intuitive et créative. Il amène à un schéma corporel renforcé et surtout plus positif.
  • le deuxième cycle est appelé cycle radical. Conscience énergétique, renforce l'aspect énergétique et cellulaire.
  • le troisième cycle est appelé cycle existentiel. Conscience existentielle, projette notre conscience élargie sur le monde extérieur26.

Les trois théories clés[ Première théorie clé[

Dénommée théorie des états et des niveaux de la conscience, elle étudie la conscience divisée en états et niveaux. Les états sont des variations qualitatives et sont de trois modalités :

  • Conscience ordinaire, étudiée par la psychologie.
  • Conscience pathologique, étudiée par la psychiatrie.
  • Conscience sophronique, étudiée par la sophrologie.

Deuxième théorie clé[modifier | modifier le code]

C'est la théorie cacycédienne de la conscience isocay. Après de nombreuses années de recherche phénoménologique et existentielle, Caycedo découvre que l'entraînement ne se réalise pas seulement au niveau sophrologique, mais dans un niveau spécial de la conscience vigile où se trouvent les structures de plus grande intégration de l'être, responsables de la liberté, de la clarté, la créativité et de l'harmonie de la conscience. Ce niveau de conscience est appelé la conscience isocay.

Troisième théorie clé[modifier | modifier le code